Parlons jeunes DGDE

« Parlons jeunes» est un projet  d’éducation  aux multimédias au sens large (observation des médias, analyse des médias et productions médiatique), né il y a trois ans autour de la thématique des jeunes belges partis en Syrie. Au fil du temps, il s’est développé et amélioré autour d’autres thématiques comme la pauvreté, la liberté d’expression, la politique ou encore la violence. Ce projet propose aux jeunes de s’interroger sur la société dans laquelle ils vivent à travers l’observation et la pratique des médias, en analysant des contenus journalistiques diffusés par les médias grand public mais aussi en les introduisant aux médias alternatifs, tout en les invitant à produire eux-même du contenu médiatique.

Il y a eu quatre éditions de ce projet :

  1. Parlons jeunes, parlons clichés
  2. Parlons jeunes, parlons immigration
  3. Parlons jeunes, parlons racisme
  4. Parlons jeunes, parlons scolaire

 

  1. DES CLICHÉS À L’EXCLUSION

Cette édition portait sur les thématiques des stéréotypes et des préjugés qui conduisent au repli sur soi, aux communautarismes, à la radicalisation et au racisme. Un cliché, ça parait anodin, ça peut même faire rire. Mais ça peut aussi conduire à l’exclusion, à la discrimination, à enfermer l’autre dans une boite trop petite. L’ensemble des contenus produits par les jeunes au fil des semaines ont été rassemblés sous la forme d’un webdocumentaire( www.parlonsjeunes.be) afin d’en faire un outil destiné, par la suite, aux animateurs et professeurs. Le tout est accompagné d’un dossier pédagogique pour faciliter son utilisation.

  1. DES JEUNES BRUXELLOIS

Pour cette édition qui se voulait particulièrement ancrée dans le territoire Bruxellois, nous avons rassemblé des jeunes issus de communes et de milieux sociaux-culturels divers, en collaboration avec des écoles, des maisons de jeunes et des AMO des quatre coins de la ville. Nous avons notamment tissé des liens avec l’AMO Toucan, l’asbl Telented Youth Network et la maison des quartier Libérateurs à Molenbeek.

  1. COORDINATION ET PARTENARIATS

Coordonné par l’asbl Comme un lundi, le projet « parlons jeunes » est réflichi, organisé, animé et évalué par trois autres associations d’éducation aux multimédias, chacune spécialisée dans un des médias (Comme un lundi asbl pour l’atelier audiovisuel, Gsara pour l’atelier multimédias, Urbanisa’son pour l’atelier radio et ma création des balades sonores et action Médias jeunes pour l’atelier écriture). L’institution du Délégué général aux droits de l’enfant participe pleinement dans la mobilisation des jeunes, la coordination du projet, la vision des productions jeunesse et dans l’élaboration du projet en général, notamment en mettant à sa disposition ses locaux pendant les semaines de stage.

  1. DÉROULEMENT DES STAGES

Les différents stages se sont déroulés durant les jours blancs et vacances scolaires d’été, d’automne et d’hiver. Chaque stage a duré entre cinq et six jours à raison de huit heures par jours, de 9h30 à 16h30, accueillant entre 16 et 18 jeunes répartis en trois ateliers médias : radio, vidéo et journalisme en ligne.

La première matinée était consacrée au plan théorique, servait à nourrir la réflexion et à faire émerger des pistes de sujets sur lesquels les jeunes participants seraient amenés à travailler durant la semaine.

L’après-midi de la première journée était l’occasion de s’initier pratiquement au matériel audiovisuel.

Durant la semaine, les sous-groupes menaient de manière individuelle leur reportage et étaient parfois rassemblés pour des activités transversales, comme des rencontres ou des animations se déroulant dans les locaux du DGDE.

  1. ACTIVITÉS PARTICULIÈRES
  • Une émission radio a été organisée dans les locaux de l’AMO Toucan et a été retransmise en directe sur Radio Panik puis rediffusée ensuite sur Radio Campus.
  • Une retrospective de l’actualité de l’année 2016 du point de vue des jeunes, qui nous a servi de porte d’entrée aux thématiques du racisme et du repli sur soi lors de la trosième semaine de stage
  • Lors de la troisième semaine de stage, les participants ont rencontré Himad Messoudi et Julien Vlassenbroek, journalistes web dans les locaux de la RTBF ainsi que la présentatrice Hakima Darmouch, qui leur a fait ensuite visiter les locaux de la chaîne télévisée RTL

Public cible : adolescents et jeunes adultes (de 14 à 21 ans)

Nombre de participants : 18

Partenaires : le Délégué Général aux Droits de l’Enfant, le Gsara asbl, Action Médias Jeunes asbl et Urbanisa’son asbl

 

Durée : 6 jours

Nombre d’heures : 6×8 > 48 heures

Public cible : adolescents et jeunes adultes de (14 à 21 ans)

Nombre de participants : 17

Partenaires : le délégué Général aux Droits de l’Enfant, le Gsara asbl, Action Médias Jeunes asbl et Urbanisa’son asbl

 

 

  1. WEBDOCUMENTAIRE

Les réalisations produites lors des trois semaines de stages ont été valorisées à travers la production d’un outil pédagogique qui a pris la forme d’un webdocumentaire (www.parlonsjeuenes.be). Ce média permet de rassembler les images, les sons, les textes et toute autre création réalisés par les jeunes. Ces différentes productions seront présentées en public lors d’un événement qui marquera l’anniversaire du Délégué Général aux Droits de l’Enfant. Lors de cette journée, le public aura l’occasion de découvrir les productions médiatiques des jeunes puis pourra réagir et débattre des différentes thématiques.

Si le webdocumentaire est un outil destiné aux encadrants jeunesse (scolaire et hors scolaire), il s’adresse également aux jeunes en mettant la priorité de l’apprentissage sur la formation entre pairs (‘’ des jeunes qui s’adressent à des jeunes’’), tout en permettant aux encadrants de s’approprier la matière grâce au dossier pédagogique.